Livret de famille

Déambulation pour la rue.

— Création 2012

Le théatre c’est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue !

Federico García Lorca

A

vec Livret de famille, Magyd Cherfi (chanteur-parolier de Zebda) ose une poésie du réel, une autobiographie collective… comme des coups de poing qui font du bien. Ça parlera de lui mais surtout de nous, de nos identités, de nos France(s), de nos hontes, de nos petites fraternités…

En adaptant ce texte pour une comédienne, un peintre et un musicien, nous affirmons ici notre volonté de bousculer la rue de façon politique et poétique. Le public sera donc invité à vivre, le temps d’une déambulation, la ville d’un autre que soi. Des traces de peinture sur les murs, des sons qui s’envolent aux balcons, des mots criés-chuchotés, une embarquée textuelle loin des centres-villes et des axes touristiques… dérangeant et jubilatoire !

PRESSE

DISTRIBUTION

Direction artistique et mise-en-scène

Périne Faivre

Collaborations artistiques

Carmela Acuyo, Isabelle Bach, Marion Coutarel et Charlotte Tessier

Construction

Renaud Grémillon

Costumes

Valérie L’Hôte

Régie technique

Pascal Marc

Production / Diffusion

Julie Levavasseur

Photos

Fabrice Paul Ranoux

Affiche et charte graphique

Tanguy Soulairol

Réalisation des supports de communication

Aude Lavigne et Charlotte Tessier

Co-productions

L’Abattoir (Centre National des Arts de la Rue) à Chalon sur Saone (71) / L’Atelline (Lieu de fabrique des Arts de la Rue) à Villeneveuve lès Maguelone (34)

Aide à la création et à la résidence

Conseil Régional Languedoc-Roussillon

Avec le soutien de

Réseau en Scène Languedoc-Roussillon, La Diagonale (Réseau Languedoc-Roussillon pour la création artistique dans l’espace public), Les Saisons Lodévois et Larzac, Le Festival d’Olt et Le Centre Culturel Watermal-Boisfort (BE)

Accueil en résidences

Le Lieu Noir – Sète (34) / Bouillon Cube – Causse de la Selle (34) / Mix’Art Myrys – Toulouse (31) / L’Abattoir (CNAR) – Chalon sur Saone (71) / Le Moulin Fondu (CNAR) – Garges-lès-Gonesse (95) / L’Atelline (Lieu de fabrique des Arts de la Rue) – Villeneuve lès Maguelone (34)

La compagnie est conventionnée par le Ministère de la Culture – DRAC, Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Occitanie / Pyrénées- Méditerranée (2019-2021) et la Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée (2018 – 2021).

© Photos : Fabrice Paul Ranoux (2, 3,4,5,6, 7, 8,9, 10, 11, 13, 15), Vincent Vanhecke (1, 12), Les Arts Oseurs (14)

portrait de magyd cherfi

L’auteur

Biographie

Magyd Cherfi né à Toulouse en 1963.
Après une enfance passée dans la ville rose, il fonde en 1985 un groupe de musique avec quatre autres musiciens : Zebda. Magyd Cherfi rédige la plupart des textes du groupe et s’inscrit dans la lignée des chanteurs à textes marqués par un engagement politique et social. Le résultat de cet engagement politique les mènera à la création d’un mouvement citoyen, les Motivé-e-s.
En 2003, les membres du groupe Zebda décident de se séparer pour mener des projets plus personnels. Magyd Cherfi publie alors son premier album solo La Cité des étoiles en 2004. La même année, il écrit un recueil de courts textes “enragés” et “engagés” : Livret de famille, édité chez Actes Sud en littérature et poésie.
En 2007, il publie un nouvel album solo Pas en vivant avec son chien. 
La même année, il écrit un deuxième recueil de textes La Trempe, édité chez Actes Sud.
En 2011, le groupe Zebda se forme à nouveau pour une longue tournée sur les routes de France.

Livret de Famille

« Dans cette suite de récit, souvenirs, textes d’humeur ou d’opinion, Magyd Cherfi évoque la cité de son enfance, les délices et les galères de la Ville rose, la beauté des filles confisquée par la loi des frères, le cœur (et le portefeuille) à droite des dieux du football, les mérites comparés des Omeyades et des Gaulois, les peines et les joies de l’embrouille identitaire – tout ce que suggère, recèle, symbolise ce document officiel, national et pourtant si privé : le livret de famille. » Actes Sud – 2004

La genèse

La première fois que j’ai lu Livret de Famille de Magyd Cherfi, je me souviens à quel point ses mots m’étaient arrivés directement dans le ventre avec l’envie immédiate de les faire sortir par ma bouche. Son verbe transpire l’urgence et la nécessité de dire, il ose une indispensable colère.

À l’heure des débats nauséabonds sur l’identité nationale, son point de vue me semble salutaire et sa poésie, un sacré bol d’air !
A sa lecture, toujours les mêmes sensations : d’abord un plaisir fou et purement égoïste à entrer dans l’univers de Magyd Cherfi, à gueuler ou chuchoter les mots d’un autre. Ces mots-là, les siens et bien que très éloignés de mon histoire, ont toujours résonné en moi de manière curieuse, furieuse et étonnante. Et puis la réaction de ceux qui écoutent, touchés là où ça fait mal, là où il est doux d’aller. L’intimité de Magyd Cherfi, donnée au grand jour, résonnait dans leur intimité à eux, gardée secrète.
Alors peut-être est-ce le goût amer que me laissent les histoires politiques aujourd’hui , les incompréhensions qui s’accumulent entre nous et les autres ou le simple désir de retrouver ce texte pour le partager, qui m’ont rendu nécessaire le projet de monter Livret de famille sous la forme d’un spectacle pour la rue.

Périne Faivre

Une déambulation

Une déambulation dans la ville avec le public comme partenaire

Le texte de Magyd Cherfi a tout de suite imposé la forme à donner au spectacle. Cette parole contemporaine, urbaine et politique se devait d’être posée sur la place publique, entendue de tous. Entre déambulations et haltes-lectures, nous proposons une traversée de la ville aux sons des mots de Magyd Cherfi.
Les espaces urbains éclairent les textes et se trouvent tout à la fois réinventés par le regard de l’auteur. Et la déambulation renvoie à l’histoire de Magyd Cherfi, celle d’une trajectoire, une libération par l’écriture. Le rapport à la trace est alors devenue la ligne directrice. La trace des mots, celle des pinceaux, des notes de musique. Chaque artiste du trio amène son éclairage, donne à entendre ce texte en poussant jusqu’au bout son expression artistique. La question des origines, de l’identité est au cœur du spectacle. Et si le focus est mis sur Magyd Cherfi, cette histoire pourrait être celle de chacun d’entre nous. Et le mot fraternité en est l’essence.
Interrogés d’abord sur leur lieu de naissance et celui de leur leurs parents, les spectateurs sont aussitôt renvoyés à leurs propres origines dans un aller-retour permanent entre l’histoire de Magyd et la leur…

Une lecture de rue
Une parole dans la ville
Une parole de la ville
Des mots nécessaires
Des bouts de vie
La nôtre pas la nôtre
C’est toujours la nôtre

Renaud Grémillon

    Abonnez-vous à notre newsletter