« Ma grand-mère lisait Barbara Cartland » ou

Les Veillées de la Soupe au Caillou

— Création 2017 (En tournée)

Toute sa vie, ma grand-mère n’a lu qu’une seule et même autrice : Barbara Cartland.
Enfant, j’ai vu les livres s’empiler sur sa table de chevet au côté d’ours en peluche, de vierges en plastique et de mouchoirs brodés.
J’éprouvais pour ces couvertures roses et bleues, des sentiments contradictoires : une envie irrépressible de me plonger moi aussi dans une littérature que je croyais interdite aux enfants, en même temps que la peur de découvrir des choses inavouables qui m’en dirait plus sur la personnalité devenue trouble de ma grand-mère.
Mais à l’âge où les livres ne m’étaient pas encore tombés entre les mains, j’étais pourtant sûre d’une chose : ma grand-mère entretenait avec ces romans d’amour un lien sacré, exclusif et passionnel. Personne ne pouvait s’immiscer entre elle et les pages bénies qu’elle tournait à l’aide de son pouce, mouillé d’un coup de langue.

Aujourd’hui que les livres sont devenus ma vie et ma voix un instrument, je rêve de rendre hommage au lien qui nous unit à la littérature, quelle qu’elle soit. Je rêve de mettre le livre au cœur d’une soirée entre ami·es, renouer avec l’histoire qui se raconte au creux de l’oreille, partager le temps d’une soupe une intimité littéraire.
Et que puissent être invités à la même table, Proust, Céline, Duras, Stendhal et… Barbara Cartland !

Périne Faivre

Les ingrédients : une soirée chez l’habitant autour de son livre de chevet, un duo d’artistes et une soupe au caillou !

L

e principe : un·e habitant·e, invité·e par une structure culturelle ou associative, livre le titre de son livre de chevet et accepte d’accueillir chez lui ou chez elle, une soirée ouverte à ses ami·es et voisin·es, mais aussi à quelques inconnu·es. Deux artistes, l’un·e comédien.ne et l’autre issu·e d’une autre discipline artistique ont comme mission de lire le livre en question. Ils n’ont jamais travaillé ensemble et ne se voient pas avant le jour J. Ils arrivent le matin chez l’hôte et partagent avec elle ou lui, un petit déjeuner. Au milieu du salon, de la cuisine ou du grenier, ils ont une journée pour concocter la lecture du soir, pimentée d’arts visuels, de musique, de cuisine ou de danse. En début de soirée, chaque convive arrive avec un légume de son choix. On lave les légumes, on les épluche, on les découpe et on les met à bouillir avec un caillou… Pendant que la soupe cuit et que le caillou mixe doucement ; les deux artistes offrent une lecture des premières pages du livre pendant une heure. Le temps que la soupe soit prête à partager !

Ces veillées sont proposées par cycle de trois soirées minimum sur un territoire. Chaque soir, c’est une nouvelle maison qui s’ouvre, un nouveau duo artistique et bien sûr, un nouveau livre à découvrir !
Sur un territoire éloigné de celui de la compagnie, les duos artistiques se composent d’une équipe de comédien.nes issu·es du réseau des Arts Oseurs et des artistes d’autres disciplines issu·es du réseau de la structure culturelle accueillante.

« Jusqu’au bout de la nuit »
Prolonger les Veillées de la Soupe au caillou toute une nuit durant !

A

u terme d’un cycle de six veillées chez l’habitant, réunissant six duos artistiques originaux, Les Arts Oseurs peuvent proposer à la structure culturelle organisatrice de créer une nuit entière dans son lieu, de 21h à 7h du matin, pour clore le parcours artistique. Les six lectures sont réunies en une nuit dans un espace totalement scénographié autour de l’univers du livre, du sommeil et de la cuisine.

Les spectateur·trices sont invité·es à s’installer confortablement pour la nuit dans une chaise longue, un hamac ou un lit à baldaquin. Au grès des lectures, ils peuvent écouter, rêver, somnoler.. Des effluves de cuisine accompagnent la nuit puisqu’un chef-cuisinier, Xavier Jeanroy, a préalablement installé sa cuisine au cœur de l’espace et prépare délices et surprises culinaires qui ponctuent toute la nuit. Au petit matin, nous invitons artistes et dormeurs éveillés à partager une dernière Soupe au Caillou à l’Oignon avant de se quitter.

DISTRIBUTION

Idée et conception

Périne Faivre, Renaud Grémillon et Julie Levavasseur

Scénographie

Renaud Grémillon

A ce jour, seize duos ont été invités à tenter l’aventure des Veillées

Saison 1

Florie Abras (comédienne) et Moreno (plasticien), Charlotte Tessier (comédienne) et Marion Diaques (musicienne), Sylvain Stavsky (comédien) et Xavier Jeanroy (cuisinier), Nicolas Heredia (comédien) et Murielle Holtz (chanteuse), Périne Faivre (comédienne) et Renaud Grémillon (musicien)

Saison 2

Florie Abras et Murielle Holtz, May Laporte (comédienne) et Christophe Montet (percussionniste), Sylvain Stavsky et Céline Lefèvre (danseuse), Nicola Heredia (comédien) et Hélène Rosset (sculptrice), Eglantine Jouve (comédienne) et Moreno, Camille Daloz (comédien) et Renaud Grémillon

Saison 3

Fabien Bergès (comédien) et Delphine Grellier (chanteuse), Sylvain Stawski et Renaud Grémillon, Félicie Artaud (comédienne) et Moreno, Camille Daloz et Hélène Rosset, Florie Abras et Céline Lefèvre, Périne Faivre / Jacopo Faravelli (marionnettiste)

Administration de production

Julie Levavasseur

Production et diffusion

Émilie Dubois
+33(0)6 28 78 51 57

Communication

Karin Bösiger

Co-productions : Les Veillées de la soupe au caillou est un spectacle produit par Les Arts Oseurs. Coproduit par le Le Sillon, Scène Conventionnée d’intérêt national Art en Territoire à Clermont l’Hérault • Résurgence, Saison des arts vivants, Communauté de communes Lodèvois et Larzac

© Photos : Karin Bösiger, Marianne Capdeville (3, 4, 5,13)

veillees-banniere

La Soupe au caillou (extrait)

Anaïs Vaugelade

C’est la nuit, c’est l’hiver.
Un vieux loup s’approche du village des animaux.
La première maison est la maison de la poule.
Le loup frappe à la porte, toc, toc, toc.
« Qui est là ? » demande la poule.
Le loup répond : « C’est le loup ».
La poule s’affole : « Le loup ! »
« N’aie pas peur, poule : je suis vieux, je n’ai plus une seule dent.
Laisse-moi me réchauffer près de ta cheminée, et me préparer une soupe au caillou. »
La poule hésite; elle n’est pas rassurée, bien sûr, mais elle est curieuse : elle n’a jamais vu le loup en vrai, elle ne le connaît que par les histoires.
Et elle aimerait bien goûter à une soupe au caillou.
Alors, elle ouvre la porte.
Le loup entre, soupire et demande : « Poule, s’il te plait, apporte moi une marmite. »
« Une marmite ! » s’affole la poule.
« Ecoute, poule, il faut bien une marmite pour préparer une soupe au caillou. »
« Je ne sais pas », avoue la poule.
« Je n’en ai jamais goûté. »
Alors le loup récite la recette :
« Dans une marmite mettre un gros caillou, ajouter de l’eau et attendre que ça bouille. »
« Et c’est tout ? » demande la poule.
« Oui, c’est tout. »
« Moi, dans mes soupes », dit la poule, « j’ajoute toujours un peu de céleri ».
« On peut, ça donne un goût », dit le loup.
Et de son sac il sort un gros caillou.
Mais le cochon a vu le loup entrer chez la poule.
Il est inquiet, il frappe à la porte, toc, toc, toc.
« Est-ce que tout se passe bien ? »
« Entre, cochon ! Le loup et moi, nous préparons une soupe au caillou. » Le cochon s’étonne : « Une soupe au caillou ? Rien qu’au caillou ? »
« Bien sûr », dit la poule. « Mais on peut ajouter du céleri, ça donne un goût. »
Le cochon demande si on peut y mettre des courgettes.
« On peut », dit le loup.
Alors le cochon court chez lui et il revient avec des courgettes. Mais le canard et le cheval ont vu le loup entrer chez la poule. Ils sont inquiets et ils frappent à la porte, toc, toc, toc.
« Entrer », dit la poule, « le loup, le cochon et moi nous préparons une soupe au caillou. »
Et le cochon précise :
« Avec un peu de céleri et des courgettes. »
Le canard, qui a beaucoup voyagé, prétend qu’il a goûter une soupe au caillou, une fois, en Egypte, et qu’on y avait mis des poireaux. Qu’il s’en souvient bien parce que c’est ce qu’il préfère dans la soupe, les poireaux. La poule demande au loup : « C’est possible ça, une soupe au caillou avec des poireaux ? »
« C’est possible. »
Alors le canard et le cheval courent chez eux et rapportent des poireaux. Mais le mouton, la chèvre et le chien sont inquiets, car ils ont vu le loup entrer chez la poule. Ils n’ont pas besoin de frapper, la porte est grande ouverte. Ils demandent : « Que faites-vous ? »
« Le loup, le cochon, le canard, le cheval et moi, nous préparons une soupe au caillou », dit la poule.
Vous imaginez la suite : l’un veut des navets, l’autre propose du chou, puis chacun court chez lui et rapporte des légumes, des légumes pour tous les goûts.

    Abonnez-vous à notre newsletter