Les spectacles

Livret de famille

- Par ordre chronologique, en partant de l’article le plus récent -

La Dépêche du Midi du 28 août 2013
"Bagnères de Bigorre, "Livret de famille" en déambulation

Le 24 août, le deuxième clin d’œil de l’année des Maynats présentait un théâtre déambulatoire, « Livret de famille », par la Cie Les Arts oseurs. Ce spectacle est tiré d’un livre de Magyd Cherfi, chanteur-parolier du groupe Zebda.
Malgré la météo menaçante, un nombreux public s’était déplacé, muni d’imperméables et de parapluies. Ceux-ci ont été heureusement inutiles, pas une goutte de pluie ne s’est montrée.
Ils étaient trois : une comédienne tenant le livre à la main, un peintre et un musicien avec son accordéon. Une performance inhabituelle que cette mise en scène, où on a l’impression que chacun « joue » de son côté, faisant ainsi ressortir encore plus fortement la psychologie du livre, l’état d’esprit du narrateur. Les mots sont illustrés et encore plus mis en valeur par une mise en scène étonnante. Une sacrée performance de ces trois comédiens qui allient peinture, musique et théâtre avec brio devant un public conquis dès les premières secondes.
Périne Faivre, brandissant le livre de Magyd Cherfi comme témoin, est l’interprète de l’auteur, portant haut et fort l’histoire d’une immigration maghrébine, avec fureur et puissance. Elle est comédienne et metteur en scène. Elle appartient à cette nouvelle génération qui amène le théâtre là où il ne va pas, dans la rue, les cités. Ils y apportent la culture, la poésie, que ces habitants n’osent peut-être pas aller chercher. D’ailleurs, le nom de sa compagnie est évoquant : Les Arts oseurs !
Renaud Grémillon, accordéoniste et compositeur, amène son univers en illustrant musicalement les propos du texte pour mieux le faire entendre ou le décaler.
Xavier Moreno, artiste catalan, peintre, manie avec une grande énergie supports et matières. N’ayant aucun rapport avec les propos du texte, ses peintures génèrent des images qui font écho à notre mémoire collective ou personnelle.
Les comédiens entraînent le public dans des déplacements interactifs dans la ville, où le spectateur est invité à chanter et danser, devenant ainsi acteur de la déambulation.
Un vrai moment de théâtre de rue, touchant, plein de poésie, avec pourtant un texte brut et sans complaisance."
Muriel Guillin

Maine libre du 14 juillet 2013
Soirée d’ouverture des Soirs d’été

"Jeudi soir, trois spectacles de rue sur l’avenue Pierre-Semard et la Plaine des Glonnières annonçaient le début des Soirs d’été. (...)
La palme revient cependant à "Livret de famille" de Magyd Cherfi, chanteur-parolier du groupe Zebda et parrain de la médiathèque des Ronceray, mis en scène par la compagnie Les Arts Oseurs composée de Périne Faivre à la lecture, Renaud Grémillon à l’accordéon et Moreno aux performances visuelles. Le texte, à l’origine édité chez Actes Sud, traite du racisme. Guidée par la vois puissante de Périne Faivre, la compagnie le joue de manière itinérante, s’adaptant au décor qui l’environne."

Le Petit Journal du 26 juin 2013
Culture
"Campagne et banlieue : vaincre les peurs.
Les pronomades présentent la compagnie Les Arts Oseurs pour une lecture de rue "Livret de famille"

Il fallait oser. Pronomades l’a fait : Transporter le monde des banlieues dans le monde rural. Faire communiquer ces deux mondes qui ne se connaissent pas et qui peuvent avoir peur l’un de l’autre. Et pourtant, le spectacle qui nous a été proposé à Rieux Volvestre est une antidote contre les peurs. Il est un moment de partage et de fraternité. Il est un moment de compréhension pour des codes de vie tellement différents. Un même mot, un même geste, un même regard ne veulent pas dire la même chose suivant où l’on se trouve. Vous avez dit « liberté, égalité, fraternité » quels mots étranges pour nos enfants de la République issus de l’immigration.
C’est la compagnie les Arts Oseurs et sa lecture de rue de « livret de famille » qui nous entraine dans ce monde urbain aux codes inconnus. Un texte écrit par le chanteur parolier du groupe Zebda qui livre là un récit autobiographique collectif. La comédienne talentueuse Perrine Faivre nous parle, avec son corps et une énergie incroyable, des cités et de l’immigration pour que chacun se sente concerné par un éclairage différent, celui vécu de l’intérieur. Elle décrit avec précision, en s’appropriant ce texte si riche, le mal être de toute une génération. Avec un humour, parfois grinçant, elle dessine des scènes de vie criantes de vérité, criantes de bonheur, criantes de douleur et de désespérance. On est emporté dans un tourbillon et l’on ressent tout simplement ces douleurs comme si c’était l’un de nôtres, comme si c’était nous.
La mise en scène soignée nous a permis de voyager dans ce merveilleux village historique de Rieux Volvestre. Parti symboliquement de la cité HLM des Badorques, les trois artistes nous ont accompagné à travers la vieille cité sur un chemin initiatique qui nous conduisit au parvis de l’imposante cathédrale. Renaud Grémillon jouait de son accordéon pour nous accompagner sur cette route parfois difficile et la chanson « douce France » nous rappelait que nous sommes tous des enfants de la République. Le peintre Xavier Moréno, dans son bleu de travail, traine un petit chariot et nous traçe à la craie blanche une ligne de vie qui nous invite à suivre ce chemin initiatique. Là où il s’arrête, la force des mots prend le dessus et les textes de Magyd Cherfi sont sublimés par Perine Faivre dont on devine le militantisme et l’engagement politique.
Ce public rural, si éloigné du monde des cités et de l’immigration, a fait un triomphe à cette compagnie des Arts Oseurs. Pari osé mais pari gagné."

Télérama n°3308 du 8 juin 2013 _Festivals d’été 2013
"Viva Cité célèbre les arts de la rue
Le coup de cœur

Les arts oseurs : Livret de famille est l’adaptation des souvenirs d’enfance de Magyd Cherfi, le chanteur-parolier du groupe Zebda. Et un spectacle déambulatoire simple et direct, proposé, le livre à la main, par la comédienne Périne Faivre, flanquée d’un peintre et d’un accordéoniste. L’évocation douce-amère d’une enfance dans les grands ensembles, pleine de frustrations, de colères rentrées (la mère analphabète qui fout la honte à l’école) mais aussi de joies simples (les filles dans l’autobus). Une parole vraie, motivée par une poésie du réel... Sans artifice, le spectacle est donné le plus souvent hors des centres-villes, dans les cités."
Mathieu Braunstein

Télérama Sortir du 22 mai 2013
Têtes d’affiche

"LIVRET DE FAMILLE
Assoupis par les subventions, certains artistes de rue oublient pourquoi "ils font le trottoir". Pas Périne Faivre ! Elle appartient à cette nouvelle génération qui réanime l’esprit libertaire du genre en jouant là où le théâtre ne va pas, en bousculant la cité de façon politique et poétique. Le nom de sa compagnie est d’ailleurs éloquent : Les Arts Oseurs. Le choix d’adapter pour la rue Livret de famille, le texte de Magyd Cherfi, ne l’est pas moins. "Son verbe transpire l’urgence et la nécessité de dire." Elle s’en empare avec une rage convaincante, bouleversante, quasiment salutaire. L’été dernier, elle fut d’ailleurs la révélation off des festivals de Chalon et d’Aurillac, confinés dans des programmations plus conventionnelles.
Brandissant comme un étendard le petit livre des mémoires toulousaines du chanteur-parolier de Zebda, la jeune comédienne nous entraîne dans une cité pour raconter l’histoire de ce fils d’immigré devenu un homme, malgré lui, malgré les autres, en trempant ses larmes dans l’acide à cause de tout ce qui manquait à son bonheur. Une performance coup de poing, coup de gueule, coup de coeur d’où explosent les sons de l’accordéoniste Renaud Grémillon et les envolées picturales de Xavier Moreno, partenaires indispensables d’un spectacle plus que nécessaire".
Thierry Voisin

Zoom La Rue de Mai 2013
Derniers bruits #49

"Ils nous appellent à eux dans le dédale des ruelles. Ils nous livrent toute la hargne de ces jeunes fils d’immigrés maghrébins de nos quartiers de banlieue. Quartier, monde à frontière où se jouent toutes les strates que ce jeune adulte, en devenir, doit traverser pour « Être ». De l’intégration et de ses origines, de l’envie d’invisibilité et de la force des convictions, ce parcours égraine nos souvenirs, met en mot et en émoi leurs histoires, nos histoires. Le public vibre, le public respire, vacille, pleure et sourit à ces mots. Des pans de mémoire se soulèvent, dansent au pinceau du peintre, explosent dans la voix. Les secrets hurlants des enfants d’immigrés trouvent leur voie, déambulent et jaillissent sur la place publique. Cet espace, ce temps partagé ne peut que parler à tous, témoins ou acteurs de cette… Douce France…
Bonjour, tu t’appelles comment ? Tu es né où ? Ça nous parle de racine, d’origine, de quartier. C’est la mise en jeu d’une partie du texte de Magyd Cherfi « Livret de famille ». Voilà, ça c’est l’ossature. Mais les Arts Oseurs ont su aller bien au delà de la simple interprétation de ce beau texte. Mettre en jeu une comédienne, un accordéoniste et un plasticien donne à ce spectacle une envolée sublime. Ces trois là, mettent toute la force de leur art respectif en harmonie pour que certains chemins sensibles de nos histoires, affleurent à notre mémoire, remontent en nous guidées, éveillées, à travers le récit conté par la narratrice."
Pour voir la vidéo filmée à l’occasion de Label Rue - Rodilhan en octobre 2012, par l’équipe de Zoom la Rue, c’est par là !

Midi libre du 14 octobre 2012
Rodilhan, Label Rue a démarré sur des histoires de famille

"L’ouverture du festival, hier après-midi, était aussi l’ouverture d’un carnet de famille : celui d’un enfant issu de l’immigration maghrébine, épluché par la compagnie Les Arts Oseurs. Sur un texte de Magyd Cherfi (chanteur parolier de Zebda), la troupe a mis en musique, narration et peinture, des images fortes sur les réflexions enfantines puis adultes d’un Oranais devenu Français aux forceps. Le spectacle est dans la rue et le public, auditeur docile, embarqué parfois dans des pas de danse. Mais il reste toujours accroché aux textes forts, aux réflexions séduites et rebelles d’un déraciné. (...)"
Thierry Montaner

Télérama "Sortir" du 19 septembre 2012 et 22 mai 2013
Coup de coeur
TTT

"Actrice instinctive et ardente, Périne Faivre s’empare avec rage de l’autobiographie de Magyd Cherfi, chanteur et parolier de Zebda, et nous faire traverser la vie et la ville d’un autre. Pour faire revivre ce gamin né d’un père algérien, pauvre jusque dans les mots et qui souhaite mourir plutôt que de lâcher des larmes. Une performance coup de poing, aussi émouvante que troublante, mais aussi lyrique et joyeuse, ornée des musiques sauvages de l’accordéoniste Renaud Grémillon et des traces de peinture laissées sur les murs par Xavier Moreno. Magnifique !"
Thierry Voisin

L’Humanité du 27 août 2012
Au cœur 
de la 27e édition du Festival international 
de rue d’Aurillac, s’est joué le cruel théâtre de la condition humaine.

"(...) Dans les rues aurillacoises, les tranches de vie étaient servies parfois bien saignantes. Touchante poésie que celle de Livret de famille, texte autobiographique de Magyd Cherfi (parolier du groupe Zebda), soutenu par une comédienne, un accordéoniste et un peintre de la compagnie Les Arts Oseurs  : au fil d’une déambulation entre des immeubles, les mots retracent la vie d’un adolescent dans une cité ordinaire, un monde où le bus est un terrain de drague, où les insultes sont des marques d’affection, etc. Ici, pas de larmoiement, mais un texte brut balancé comme un uppercut. (...)"
Géraldine Korblum

Télérama du 27 juillet 2012
MOTIVES, MOTIVES
La compagnie les Arts Oseurs raconte la vie des cités, jusque sur les terres du FN.
"Les Arts Oseurs vivent dans la terre rouge du Salagou, territoire rural du nord de l’Hérault dont ils ont largement fouillé la mémoire. Cet été, la compagnie née il y a dix ans à Marseille plonge dans une autre réalité, plus urbaine, avec une déambulation inspirée de Livret de famille, du Toulousain Magyd Cherfi, parolier et chanteur du groupe Zebda.
Pour faire entendre ce "brûlot poético-politique" - où il est question de maison à construire, de déménagement, et de drague fantasmée à l’arrêt de bus -, les membres de la compagnie se sont réparti le travail. Le livre à la main, jusqu’à la fin du parcours, Périne Faivre, la cofondatrice des Arts Oseurs, dit, à la première personne, une enfance pas si malheureuse que ça malgré les moments de honte et de frustration.
Dans son sillage, elle entraîne le peintre Xavier Moreno et l’accordéoniste Renaud Grémillon. Leur préoccupation : que chacun se sente concerné par ces histoires de cité et d’immigration. D’où l’invitation faite aux spectateurs de se raconter et de se laisser portraiturer. Démarrage en douceur pour ce récit partagé. Les Arts Oseurs iront jouer début octobre à St-Gilles (Gard), la ville qui a porté le député apparenté Front National Gilbert Collard à l’Assemblée".
Mathieu Braunstein

Journal de Saone et Loire du 19 juillet 2012
FESTIVAL CHALON DANS LA RUE
Les Arts Oseurs. Lecture de rue.
Poésie criante de la rue
"Les Arts oseurs proposent Livret de famille, une lecture de rue doublée d’une mise en scène ultra-vivante qui donne à réfléchir ! Durant 1h20, la comédienne Périne Faivre joue la poésie de Magyd Cherfi, le chanteur-parolier de Zebda. Elle dépeint des situations criantes de vérité et exprime des sentiments de mal-être, ceux de toute une génération issue de l’immigration.
Tout commence par une série de portraits sur Plexiglas. Chacun décline son identité, ses origines, et la réflexion s’enclenche. A travers cette parole contemporaine, urbaine et politique, le Livret de famille se joue entre déambulation et haltes lectures. La trace s’impose comme le fil conducteur du spectacle. La trace des mots, celle des pinceaux et des notes de musique. Chacun des trois artistes crée avec son art un langage qui fait écho au texte de Magyd Cherfi.
Un vrai moment de théâtre de rue à la fois revendicatif et poétique."
Stéphanie Albane

Journal de Saone et Loire du 19 juillet 2012
FESTIVAL CHALON DANS LA RUE
Le OFF du jour
Les Arts Oseurs allient musique, peinture et théâtre avec brio et devant un public visiblement conquis.

"A première vue, on s’interroge sur ce petit chariot, traîné par un homme en bleu de travail, et qui traverse les rues de Chalon, laissant une trace blanche derrière lui. On suit alors cette ligne continue, puis on s’arrête, et on écoute. Les Arts Oseurs, pinceau, accordéon et Livret de famille par Magyd Cherfi en main, déambulent et s’arrêtent ici et là. Avec passion, fougue et ironie, ils dépeignent le quotidien de Magyd, ancien du groupe Zebda. Ce dernier dépeint dans son livre le "Zoo de la cité", son quotidien de maghrébin qui souhaite se fondre dans la masse, sans succès. La compagnie fait aussi participer le public. Elle lui fait chanter Douce France, lui pose des questions sur le travail des immigrés et se moque parfois des réponses hasardeuses du public. Le tout dans le sourire et un soleil de plomb."